flashback PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ashmaël   
Samedi, 25 Août 2012 09:34

Hell-hoe mes chères amibes ! Les choses étant ce qu'elles sont (merdiques pour le plupart) et ma vie ayant tendance a foutre le camp pour se briser en millions de petites parties tranchantes comme des rasoirs, je n'ai malheureusement pas pu m'occuper de vos cerveaux atrophiés ces derniers mois. Mais ca vous l'aviez déjà remarqué. Quoi qu'il en soit, si ca vous intéresse toujours, je suis en train de finaliser la partie numéro trois de 17, et si je la poste pas tout de suite c'est qu'il me faut d'abord régler un petit dilemme que je me suis posé tout seul mais... attendez, soyez juste patients. Pour vous faire patienter donc, j'ai déterré et dépoussiéré une relique des temps anciens, je ne vous ai pas dit que l'adversité me rendait nostalgique du temps passé, idéalisé par le prisme déformant de la difficulté du présent ? Faut que je pense a aller me faire soigner. Cette relique donc, pour poser un rapide historique, est la première « nouvelle » que j'ai réellement travaillé et mené a son terme, la seconde en réalité, mais la vrai première étant une collaboration et la collaboratrice étant une des dernière personnes a qui j'ai envie de parler, voici donc la deuxième (c'est pas clair hein?) écrite dans mes jeunes années de lycée, pour un concours de nouvelles duquel je me suis fait joliment jeter vu que mon « style et ma prose ne convient pas a ce que nous recherchons », ha ! Évidemment mon style a énormément évolué, j'ai trouvé ma propre patte, mon moyen de raconter mes histoires, mon univers, mais on s'inspire toujours de quelqu'un non ? Je vous laisse avec mon jeune moi en attendant de retrouver les obscénités haineuses de mon moi présent et ivre mort, soyez indulgent, ce gamin savait pas ce qu'il faisait.

 

Mise à jour le Samedi, 25 Août 2012 09:45
 
L'immobilisme du voyageur nocturne partie 5 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ashmaël   
Jeudi, 17 Mai 2012 17:05

« Alors c'est fini. » Dit Daniel d'un ton soulagé, en regardant l'horizon alors que leur vaisseau filait a bonne allure sur les rails rouillés.

« Non, dit Johnny en souriant pour la première fois depuis longtemps, ce n'est que le commencement. »

Autre lieu, Autre temps.

 

 


Alors tu est encore la ? C'est étonnant.

Oui je sais je suis plutôt du genre mauvais père avec mes créations et pas très a l'écoute de tes attentes. D'un autre coté tu est plutôt silencieux. Quoi qu'il en soit, les choses pourraient revenir a la normale, quel que soit le sens de ce mot.

Mise à jour le Jeudi, 17 Mai 2012 17:31
 
17 (deux) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrator   
Jeudi, 22 Mars 2012 21:47

Oublier.

T'oublier.

Les néons déchirent la nuit de leurs lueurs fantomatiques, comme pour faire oublier le froid et la tristesse. Tu déambules les rues, tête basse, en te laissant porter par les bruits, les odeurs. Tu croises des fantômes, des ombres parmi les ombres, tu pourrais presque ressentir leur vide, pourtant ils te dégoutent, peut être parce qu'ils te renvoient ton image, seuls, perdus, le visage livide, les yeux cernés.

Hantés.

 

Mise à jour le Jeudi, 22 Mars 2012 22:17
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 5