flashback PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Ashmaël   
Samedi, 25 Août 2012 09:34

Hell-hoe mes chères amibes ! Les choses étant ce qu'elles sont (merdiques pour le plupart) et ma vie ayant tendance a foutre le camp pour se briser en millions de petites parties tranchantes comme des rasoirs, je n'ai malheureusement pas pu m'occuper de vos cerveaux atrophiés ces derniers mois. Mais ca vous l'aviez déjà remarqué. Quoi qu'il en soit, si ca vous intéresse toujours, je suis en train de finaliser la partie numéro trois de 17, et si je la poste pas tout de suite c'est qu'il me faut d'abord régler un petit dilemme que je me suis posé tout seul mais... attendez, soyez juste patients. Pour vous faire patienter donc, j'ai déterré et dépoussiéré une relique des temps anciens, je ne vous ai pas dit que l'adversité me rendait nostalgique du temps passé, idéalisé par le prisme déformant de la difficulté du présent ? Faut que je pense a aller me faire soigner. Cette relique donc, pour poser un rapide historique, est la première « nouvelle » que j'ai réellement travaillé et mené a son terme, la seconde en réalité, mais la vrai première étant une collaboration et la collaboratrice étant une des dernière personnes a qui j'ai envie de parler, voici donc la deuxième (c'est pas clair hein?) écrite dans mes jeunes années de lycée, pour un concours de nouvelles duquel je me suis fait joliment jeter vu que mon « style et ma prose ne convient pas a ce que nous recherchons », ha ! Évidemment mon style a énormément évolué, j'ai trouvé ma propre patte, mon moyen de raconter mes histoires, mon univers, mais on s'inspire toujours de quelqu'un non ? Je vous laisse avec mon jeune moi en attendant de retrouver les obscénités haineuses de mon moi présent et ivre mort, soyez indulgent, ce gamin savait pas ce qu'il faisait.

 

 

 

 

 

Journal du Dr R.

18/01/19**

J’écris ce journal au cas où tout tournerait mal, car je suis pleinement conscient des risques encourus. Je suis le docteur Alan R., diplômé de l’université d’Arkam et en pleine possession de ma raison. Je fais cela pour ma femme, L., et surtout pour ma fille, F., atteinte d’une maladie infantile rare et incurable.

Le réel, et par-là j’entends le Tout, ce que certains nomment le Multivers contient une multitude, une infinité d’univers agglutinés les uns contre les autres et distants de l’épaisseur d’une ombre, d’une pensée. Certains sont si proches par leur composition du notre que la différence ne serait pas remarquable, d’autres peuvent au contraire être éloignés du tout au tout, imaginez un monde où la structure de base ne serait pas le carbone mais par exemple le souffre. Mais mon but n’est pas là, ce que je veux chercher c’est un monde où la connaissance sur l’être humain dépasse la notre, où les connaissances en médecine permettraient de guérir toutes les maladies. L’homme moderne cherche d’autres mondes au-delà des étoiles mais moi je veux aller plus loin encore ou paradoxalement plus près, justement. Pour ce faire j’ai mis au point une machine qui permettrait de créer une déchirure dans l’espace-temps. Le fonctionnement de celle-ci est trop complexe pour être compris par n’importe qui et de plus, en cas de catastrophe dont elle pourrait être l’origine (il ne faut rien négliger) personne ne pourra être en mesure de la reproduire, elle et ses potentiels effets néfastes.

19/01/19**

J’ai parlé de mes projets à D. le vieux bibliothécaire, ce vieux fou est rentré dans une rage démente et m’a traité de malade mental ! Lui ! Quelle ignominie ! Ce vieil imbécile a dit que les hommes n’avaient pas à se mêler de ces choses là ! Il m’a ensuite parlé d’un livre qui traite de ce sujet et, espère-t’il me découragera de ce qu’il qualifie de recherches démentes. Je vais lui montrer moi, qui est dément ! Mis à part cela, les pièces dont j’avais besoin pour monter la machine sont arrivées. Je vais enfin pouvoir commencer à la construire. L. a décidé de m’aider même si elle ne croit pas à ces inepties, elle au moins n’a pas la prétention de me traiter de fou !

23/01/19**

D. m’a prêté le volume dont il m’a parlé, il s’intitule : Nécronomicon et c’est un très vieil ouvrage aux pages jaunies et reliés dans un cuir étrange et usé. Il a l’air vraiment ancien et semble dégager une certaine force. Je n’ai pas encore commencé la lecture mais en le feuilletant j’ai remarqué qu’il contenait certains diagrammes étranges qui m’ont fortement intrigués. Il est rédigé dans un anglais assez vieillot, mais cela ne me surprend pas. Nous verrons bien si ce vieux fou avait raison en essayant de me faire peur, j’aurais tendance à lui donner tort !

30/02/19**

Calomnies ! Mensonges ! Ce livre n’est qu’un tissu d’inepties ! Cela n’a aucun sens ! D. est vraiment un imbécile, ce livre ne contient que les balbutiements insensés d’un dément ! Non ce n’est pas le chaos que l’on peut trouver dans les autres mondes, c’est le salut ! Qu’il aille au diable, lui et ses dieux immondes et repoussants ! D. croyait que cela allait me faire renoncer et bien il a eu tort ! Cela ne fait que m’encourager ! Je lui montrerais que j’ai raison. Je leur prouverais à tous que je ne suis pas fou, pas plus que le malade qui a écrit cette abomination ! Je vais bientôt procéder aux textes préliminaires ce n’est plus qu’une question de temps. Que Dieu me vienne en aide ! J’y arriverais, je leurs montrerais que ma raison est intacte. L. est distante depuis quelques temps, elle doit se poser trop de questions. Elle a dû tomber par hasard sur le Nécronomicon, il va falloir que je la rassure sur ce point.

02/03/19**

Il doit y avoir une erreur quelque part, les tests ne cessent d’échouer. Je commence à penser que l’on sabote mon travail. Quelqu’un cherche à me nuire, cela devient évident. Mais qui ? Cela semble si aberrant, ne commencerais-je pas à perdre la raison ? Seigneur, et cet ouvrage abominable qui ne cesse de m’omnibuler l’esprit ! J’ai remarqué des signes étranges depuis quelques jours : il semblerait que l’on me suive. De plus, je crois avoir remarqué que mon atelier n’était plus dans le même état que lorsque je l’avais quitté. J’espère ne pas devenir fou. Il faut que je reste vigilant.

09/03/19**

Les tests ont encore échoué. Je dois trouver un autre moyen de réussir. Je sais que je ne devrais pas dire ça mais, si D. avait raison ? Non pas au sujet de ma folie, non, je ne suis pas dément, mais si le Nécronomicon disait vrai ? Je crois que je n’ai plus rien à perdre. Il me semble avoir remarqué, lors de la lecture de cet abominable volume, une formule qui permettrait d’altérer suffisamment la réalité pour que ma machine puisse créer un trou de vers. Je vais essayer dès ce soir. A ce stade, je n’ai plus rien à perdre. Puissent les dieux me venir en aide et guider ma main.

[A partir d’ici, plus aucune indication de date n’est donnée. L’écriture manuscrite devient fébrile.]

Quel fou j’ai été ! Tout à fonctionné, oh oui, à la perfection même ! J’ai tenté de mettre en route ma création infernale tout en récitant la formule maudite du Nécronomicon. Et ça a marché. Oh ! Azatoth protège-moi, j’ai vu ! J’ai vu les gouffres infinis et sans formes d’entre les mondes, l’immensité glaciale et stérile, et plus atroce encore j’ai vu les créatures qui les peuplent ! Si encore on peut qualifier de créature une atrocité que même l’esprit humain le plus dément ne pourrait concevoir ! Ils sont là, immenses et éternels, les Grands Anciens, bannis de la Terre en attendant que les étoiles leur soient propices pour déverser leurs flots de démence sur notre monde ! Et moi, pauvre malheureux je leur ai montré qu’il y avait un passage ! Ils sont patients mais Ils ont vu qu’il n’était plus nécessaire d’attendre ! Pauvre de moi, il ne me reste plus qu’à détruire mon œuvre démoniaque pour que personne ne puisse reproduire mes erreurs et prier les dieux pour qu’ils me donnent le courage d’emprunter la voie du cyanure et de mettre feu à cet immonde ouvrage. Mais je ne peux pas forcer ma femme et ma fille à supporter Ca. Les dieux me viennent en aide.

 

Mise à jour le Samedi, 25 Août 2012 09:45
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir